03/07/2018Comment emprunter à 60 ans ?

Si le parcours d'emprunt d'un sexagénaire est souvent compliqué, ils sont néanmoins de plus en plus à vouloir emprunter pour investir en immobilier. Car ce que l'on oublie souvent c'est que les seniors ont aussi des projets immobiliers. Mais le poids de l'assurance emprunteur est souvent un frein. Comment alors emprunter pour acheter un bien lorsque l'on a plus de 60 ans ?



Les séniors nouveaux acteurs de l'immobilier

Une étude révèle que le nombre de crédits accordés aux plus de 55 ans a augmenté de plus de 7% entre 2016 et 2017. L'augmentation de l'âge de la retraite ainsi que l'augmentation de la durée de vie poussent de plus en plus les banques à prêter aux ainés qui veulent investir dans une résidence principale ou faire un investissement locatif. Cependant, les conditions d'acquisition des prêts immobiliers sont bien différentes une fois passée la barre des 60 ans.

Emprunter oui mais à quel prix ?

L'âge est souvent le principal frein aux crédits immobiliers de la part des banques. En effet, une banque établit les taux d’intérêt des crédits immobiliers en fonction des risques que représente l’emprunteur. Un jeune avec un emploi stable se verra donc certainement attribuer de meilleures conditions de crédit qu'un sexagénaire. Ici comme l'âge est avancé, il représente un risque pour la banque. Le taux est alors plus élevé.

En outre, le coût de l’assurance-emprunteur ou assurance-prêt constitue également un obstacle de taille pour un senior qui souhaite emprunter pour acheter un bien. En effet, cette assurance emprunteur, exigée par les banques revient très cher pour un senior qui a des problèmes de santé. Elle se détermine en fonction du niveau de santé de l'emprunteur et peut varier de 0,60% à 1,96% du pret. Pour certains seniors, l'assurance-crédit coûte aussi cher que le taux d'intérêt. Pour limiter une trop grosse somme d'assurance-emprunteur, répartissez l’assurance-crédit à égalité sur les deux personnes si vous êtes en couple ou à 100% sur le jeune et/ou le plus en forme. Vous l'aurez compris, mettez toutes les chances de votre côté pour obtenir la meilleure assurance-prêt possible. 



Quelle conduite adopter pour avoir le droit à un crédit ?

Selon la Loi Largade, l'emprunteur est libre de choisir l'assureur de son choix. Il est donc important d'examiner toutes les possibilités. A défaut de trouver une assurance-emprunteur avantageuse, il est possible d’opter pour un placement financier. Il peut s'agit d'une assurance-vie ou encore d'un Plan d’Epargne en Actions (PEA). En effet une assurance-vie ou assurance-décès n’engendre pas de frais supplémentaires qui pourraient peser sur le coût du crédit. Elle peut donc être une meilleure option pour l'acheteur. 

Une autre option peut être le prêt viager hypothécaire. Le principe ? Durant sa vie, l’emprunteur touche un capital versé par la banque et se rembourse le montant du prêt par la vente du bien hypothéqué après le décès de l’emprunteur. Le prêt viager est donc conseillé pour les personnes sans enfants puisque ces derniers ne pourront pas hériter du bien. 

Enfin, le prêt hypothécaire cautionné est une autre option que l'on peut envisager. Dans le prêt hypothécaire l’emprunteur rembourse son prêt par mensualité comme pour un emprunt classique. Au décès de l’emprunteur, la banque vend le bien pour récupérer le capital restant dû.

Comme dans tous les cas d'emprunt, la banque se penche en premier lieu sur le comportement financier de l'emprunteur afin d’en déduire le niveau de risque qu’il représente. Un revenu fixe si ce n'est croissant (retraite ou fin d'activité agrémenté d'une activité en auto-entrepreneur par exemple) ainsi qu'une absence de découvert sont vus d'un bon oeil pour la banque.

La politique dépend surtout des banques elles-mêmes. Si certaines posent un âge-limite pour un remboursement d’un prêt immobilier à 70 ans, d'autres sont prêtes à aller jusqu'aux 80 ans de l'emprunteur. N’hésitez donc pas à faire jouer la concurrence pour obtenir le taux le plus intéressant.