08/01/2018Immobilier : ce qui va changer en 2018

2018 va être une année clé pour l'immobilier. En effet, le gouvernement Macron entend révolutionner le marché. Quelles sont les nouvelles normes mises en vigueur en 2018 pour le logement ? Qu'est-ce qui va changer pour l'immobilier cette année ? Voici la liste des 8 nouveautés pour 2018.

 

1. Baisse de la taxe d'habitation

On vous en a déjà parlé il y a quelques semaines : la taxe d'habitation va être supprimée pour 80% des foyers d'ici 2020. Bonne nouvelle : pour 2018, celle-ci devrait être diminuée de 30% pour les foyers éligibles par la baisse de la taxe d'habitation. Petit rappel, pour faire partie des foyers éligibles vous devez avoir des revenus inférieurs à 27 000 euros si vous êtes célibataire, à 43 000 euros si vous êtes un couple sans enfant, à 49 000 euros si vous êtes un couple avec un enfant. Pour chaque enfant supplémentaire, il vous faudra rajouter 6000 euros au plafond des revenus. Pour savoir si votre foyer fiscal bénéficiera de cette baisse en 2018, rendez-vous ici.

2. La création de l'IFI

Mesure phare du président Macron, la fin de l'ISF et la création de l'IFI prennent effet dès 2018. Désormais, seuls les biens immobiliers seront taxés. Depuis le 1er janvier, tous les patrimoines immobiliers d'une valeur supérieure à 1,3 millions seront soumis à l'IFI. A noter : l'IFI s'applique sur le patrimoine du 1er janvier. Si vous décidez d'acquérir de nouveaux biens cette année vous ne paierez d'impôts sur ces nouveaux biens qu'en 2019. En outre, comme pour l'ISF, le barème est progressif et varie entre 0,50% et 1,50%.

Enfin, sachez que votre résidence principale bénéficie de 30% d'abattement, que les logements détenus en indivision (loué ou non) bénéficient d'un abattement de 20%.

 

3. Les modifications du PTZ et de la loi Pinel

Si les deux mesures phares de l'immobilier ces dernières années, le PTZ et le dispositif Pinel, ne disparaissent pas en 2018, elles seront néanmoins limitées. Le PTZ ne sera accessible dans le neuf que dans les zones très demandées (Abis, A et B1) à partir de décembre 2019. Pour ce qui est de la loi Pinel, c'est en décembre 2018 que seules les zones où la demande est la plus forte (Abis, A et B1) seront éligibles à la réduction d'impôts. Attention alors à bien vérifier la zone dans laquelle vous achetez pour louer si vous voulez profiter du dispositif Pinel.

4. La simplification de la résiliation des assurances emprunteurs

Nouveauté de 2018, il est désormais possible de renégocier tous les ans l'assurance prêt de son logement. Vous pouvez donc résilier votre assurance emprunteur à la date anniversaire du contrat pour en souscrire une autre si vous le souhaitez. Cette simplification de la résiliation va vous permettre de faire jouer la concurrence des assureurs pour leurs prêts immobiliers. Vous profiterez ainsi d'offres plus attractives pour votre prêt.

 

5. La simplification du foncier constructible

Pour le gouvernement Macron, la meilleure façon de faire baisser le prix de l'immobilier neuf est de faciliter la construction de nouveaux logements. Pour inciter les propriétaires de terrains constructibles à vendre, le gouvernement va mettre en place un abattement sur les plus-values réalisées lors de la vente d’un terrain constructible. Il sera alors plus intéressant pour le propriétaire de vendre son terrain.

6. La création d'un bail de mobilité

Nous vous en avons déjà parlé, le gouvernement va mettre en place dès janvier un bail de mobilité immobilière destiné aux étudiants, aux personnes en formation professionnelle, en apprentissage ou en stage. Ce bail de mobilité comprend un contrat de location de logement plus souple et plus court (1 à 10 mois). A noter : dans ce bail, aucun dépôt de garantie pour le locataire.

 

7. La baisse des APL

Les aides aux logements vont également baisser en 2018 de 5 euros par mois pour les bénéficiaires des APL. Selon le gouvernement, cette mesure ne devrait pas impacter les locataires mais pousser les bailleurs sociaux à baisser les loyers. Par ailleurs, en 2018, l'APL accession est supprimée dans le neuf pour les nouveaux bénéficiaires.

8. Augmentation de la taxation des plus-values

Cette nouvelle devrait intéresser les investisseurs. Pour ce qui est des résidences secondaires ou des investissements locatifs, la taxation des plus-values (différence entre le prix de vente d'un logement et son prix d'acquisition) passe de 34,5% à 36,2% en 2018.